Figures de style et mathématiques

Joseph Soltész

Des collègues mathématiciens ont souligné la parenté de certains termes de leur domaine avec les figures de style et de rhétorique : parabole, ellipse, hyperbole

Dans le cas de la parabole, on peut trouver un lien entre la figure littéraire et le concept mathématique : dans les deux cas, il y a un éloignement, une distance de l’idée originale ou du point initial. Mais quels sont les liens en ce qui concerne l’ellipse et l’hyperbole? Qu’est-ce qui peut relier les figures littéraires aux figures mathématiques? Aidez-nous.

Parabole

Selon Wikipédia, « le plus souvent, la parabole est définie comme une courbe plane dont chacun des points est situé à égale distance d’un point fixe, le foyer, et d’une droite fixe, la directrice. »

Du point de vue littéraire, « la parabole est une figure consistant en une courte histoire qui utilise les événements quotidiens pour illustrer un enseignement, une morale ou une doctrine. Tandis que celle-ci, en général, présente directement le fait qu’elle a en vue, la parabole [métaphore] offre, sous ses couleurs véritables, un fait qui doit servir à la démonstration d’une vérité d’un autre ordre, avec laquelle elle a une relation plus ou moins facile à saisir. »

téléchargement

téléchargement

Merci!

Joseph Soltész

Nous remercions tous les congressistes qui se sont présentés à notre kiosque du Colloque annuel de l’AQPC à Québec.

Nous avons été particulièrement touchés par les témoignages des enseignants et enseignantes, surtout celles et ceux de la relève.

Tout aussi sensibles aux nombreuses discussions avec des collègues des autres disciplines. Certaines méritent mention: géographie, mathématiques, techniques policières, physique, chimie… (Lire entre autres l’article du blogue intitulé Figures de style et mathématiques.)

La plupart des passionnantes discussions découlaient des exemples de figures de style que nous avions retenus dans les BD et dans les textes littéraires. Tous les collègues scientifiques se sont montrés sensibles au fait que, grâce à elles, le langage est en mesure de contourner ses propres lois. Ce qui est loin d’être la règle dans les autres domaines du savoir et de la science.

Téléphones intelligents… Vraiment?

Joseph Soltész

La personnification par l’intelligence semble virer à la catachrèse : la formule serait déjà tellement courante qu’elle s’appliquerait de soi à une foule de nouveautés électroniques… Que déjà les médias relaient allègrement.

Sur la Première chaîne de la SRC, Annie Desrochers laisse plus que personne à entendre qu’elle affectionne particulièrement le terme. Mais lorsqu’elle le fait pour souligner que ces appareils sont la cause de nombreux accidents non seulement chez les automobilistes, mais aussi auprès des piétons, on peut se demander où se situe la présumée intelligence.

Un dispositif vraiment intelligent serait en mesure d’avertir le téméraire utilisateur: « Il est interdit de conduire un véhicule en textant. » – « Gare à toi si un policier te trouve en flagrant délit! » – « Pour la sécurité et celle des autres usagers, je vais me déconnecter sur le champ. » – etc. Cette dernière intervention – que la loi pourrait rendre obligatoire – constitue presque la condition minimale de la vraie intelligence : celle qui inclut l’autocritique. On en est loin. (Mais ça s’en vient…) Continuer la lecture de Téléphones intelligents… Vraiment?