Archives par mot-clé : métaphore

Figures de style et mathématiques

Joseph Soltész

Des collègues mathématiciens ont souligné la parenté de certains termes de leur domaine avec les figures de style et de rhétorique : parabole, ellipse, hyperbole

Dans le cas de la parabole, on peut trouver un lien entre la figure littéraire et le concept mathématique : dans les deux cas, il y a un éloignement, une distance de l’idée originale ou du point initial. Mais quels sont les liens en ce qui concerne l’ellipse et l’hyperbole? Qu’est-ce qui peut relier les figures littéraires aux figures mathématiques? Aidez-nous.

Parabole

Selon Wikipédia, « le plus souvent, la parabole est définie comme une courbe plane dont chacun des points est situé à égale distance d’un point fixe, le foyer, et d’une droite fixe, la directrice. »

Du point de vue littéraire, « la parabole est une figure consistant en une courte histoire qui utilise les événements quotidiens pour illustrer un enseignement, une morale ou une doctrine. Tandis que celle-ci, en général, présente directement le fait qu’elle a en vue, la parabole [métaphore] offre, sous ses couleurs véritables, un fait qui doit servir à la démonstration d’une vérité d’un autre ordre, avec laquelle elle a une relation plus ou moins facile à saisir. »

téléchargement

téléchargement

« PRÉSENT » : ABUS OU CATACHRÈSE?

Joseph Soltész

Les néologismes, d’abord plus ou moins discutables, galopent toujours : ainsi « Les nuages / les vents [ etc. ] seront présents. », formule qui «orne » les bulletins des météorologues régionaux (et même nationaux). Curieusement, le contraire (« Les vents / nuages [ etc. ] sont absents. ») semble totalement exclu.

Mais, pour le moment, dans le langage courant, l’adjectif présent ne peut s’appliquer qu’aux êtres vivants. Pas aux concepts, pas aux objets, pas aux nuages, pas à la pluie, pas aux pannes…

Pourquoi les puristes s’insurgent-ils? Continuer la lecture de « PRÉSENT » : ABUS OU CATACHRÈSE?

RADIOS-POUBELLES au Québec; CANDIDATS-POUBELLES aux Unis-États

Joseph Soltész

Insulter n’importe qui pour le plaisir, propager des informations fausses ou non fondées (voir le rapport (contesté) de Mme Payette sur le sujet), voilà qui justifie la MÉTAPHORE de radios-poubelles qui affecterait encore, à certaines heures et derrière le micro de certains animateurs, les diffuseurs de la Vieille capitale.

Aux Unis-États, le candidat républicain populiste et celle qui, grossièretés censurées à l’écran à l’appui, s’est jointe à lui comme colistière d’office, est exactement de la même veine. D’après « le site PolitiFact, un média américain spécialisé dans l’épreuve des faits » (SRC), le bouillant aspirant s’est mérité le titre de « menteur de l’année » pour l’ensemble de son oeuvre de trompeur, d’où la MÉTAPHORE de candidat-poubelle.

Et que dire des publicités-poubelles! À côté des pires journaux à potins, ancêtres de toutes les poubelles médiatiques, voilà qu’on nous inonde en plus de publicités-poubelles. Continuer la lecture de RADIOS-POUBELLES au Québec; CANDIDATS-POUBELLES aux Unis-États